Maison popup!
Besoin d'aide ?
Une équipe d'experts disponibles pour répondre à vos questions

L’étanchéité à l’air optimisée pour une isolation parfaite

L’étanchéité à l’air optimisée pour une isolation parfaite

Les murs périphériques et la toiture d’un bâtiment sont soumises à des différences de pression en fonction de la saison (la maison est chauffée en hiver et donc en surpression par rapport à l'extérieur en été le phénomène s'inverse), si l’enveloppe n’est pas étanche, cela crée des transferts d’air et de vapeur d'eau indésirable entre l’intérieur et l’extérieur. Ces fuites sont responsables de déperditions thermiques accrues en hiver, de surchauffe en été et d'humidité dans l'isolant, ce qui dégrade sa performance thermique. L’étanchéité à l’air est un enjeu important pour obtenir l’isolation performante et durable d’une habitation.

 

Pourquoi optimiser l’étanchéité à l’air ?


Les habitations dans lesquelles les parois n’ont pas été réalisées avec une d’étanchéité à l’air optimisée, sont de véritable passoire thermique énergivore. En effet, les fuites d’air sont à l'origine d'importantes déperditions de chaleur de l'intérieur, entrainant par la suite une surconsommation d'énergie, surtout en hiver. Elles ont aussi de nombreuses autres conséquences :


-    Dysfonctionnement du système de ventilation. L’air sort un peu n’importe où au lieu d’emprunter le chemin prévu par le concepteur. Si la construction dispose d'un système de VMC simple flux, les dépenses pourraient être de 10 % supérieures à la normale. Pour un ensemble à double flux, le résultat est sans appel : 25 % de dépenses d'énergie en moins.

-    Dégradations accélérée du bâti par les condensations concentrées aux passages des flux d’air.

-    Dégradation de la qualité de l’air intérieur : apports d’air chargé de polluants présent dans les parois (fibres d’isolants, poussières, moisissures fixées sur les points de condensation…)

-    Impossibilité de contrôle des flux de vapeur d’eau dans les parois, interdisant toute gestion cohérente de l’humidité dans celle-ci.


Au sujet de ce dernier point, une confusion est souvent faite entre « étanchéité » à l’air et « perméabilité à la vapeur d’eau ». Il s’agit ici dans cet article, de limiter au maximum les passages d’air parasites, mais non pas d’empêcher les parois de respirer (voir gestion de la vapeur d’eau)

 

 

Où se trouvent les fuites et entrées d’air parasites ?


La localisation des fuites d’air non désirées peut être très diverses d’un bâtiment à l’autre mais avec tout de même de points faibles récurrents :


-    Les menuiseries extérieures : seuil de portes, liaison mur/baie et ouvrant dormants, coffres de volets roulants.
-    Les liaisons de parois entre elles sol/mur, murs/plafonds… et surtout murs/rampants.
-    Au niveau des équipements électriques : prises, interrupteurs, tableau…
-    Les trappes et autres éléments traversant les parois.

 

fuite air 

 

Que dit la règlementation thermique RT 2012?


Les tests d’infiltrométrie permettent de localiser et de mesurer les différentes fuites d’air parasites et d’y remédier s’ils sont fait suffisamment en amonts dans la construction. La pratique de ces mesures d’étanchéité à l’air se répand désormais en France dans le cadre obligatoire de la certification Effinergie. Dans l’idéal, elles sont à faire  une première fois après la pose des isolants et de l’étanchéité à l’air (avant celle des parements et réseaux) et une seconde fois avant la réception des travaux.

 

test étancheité à l'air 

 
L’étanchéité à l’air se mesure à l’aide du coefficient Q4, exprimé en m3/h/m².


Cette valeur exprime l’intensité des fuites d’air de l’enveloppe en mètre cubes d’air par heure et par mètre carré de paroi sus 4 pascals de pression « Q4 ».

 

  Q4 maison individuelle
Q4 logement collectif
Label BBC – Effinergie - Neuf
 0,6 1
 Label BBC – Effinergie - Existant 0,8 1,3

 

Pour encore plus de performances, nous préconisons d’aller encore plus loin dans cette performance en suivant l’objectif Passivhaus, surtout dans les cas suivants :


-    Lorsqu’on utilise des pare vapeur.

-    Lorsqu’on utilise des isolants sensibles aux flux d’air (laines minérales ou végétales à faible ou moyenne densité).

-    Lorsque l’isolant comporte des éléments potentiellement toxiques.

-    Lorsque la ventilation est à double flux avec récupérateur de chaleur.

 

   Q4 maison individuelle Q4 logement collectif
 Label Maison passive
 0,16 0,28