? Besoin d'aide ?

x

Vous avez une question ?
Posez-la sur notre forum, nous vous répondons au plus vite !

 

Saisissez votre numéro de téléphone, je vous rappelle dès que possible :

Vous avez besoin d'aide ?

Des astuces écologiques pour mieux gérer la vapeur d'eau à l'intérieur de la maison

Des astuces écologiques pour mieux gérer la vapeur d'eau à l'intérieur de la maison

Mardi 24 Janvier 2012

Durant l'hiver, il est indispensable de protéger la maison contre la condensation, sources de moisissures, de décoloration d'intérieur et diverses autres nuisances. Le choix de l'isolation est crucial pour cette mission : il faudrait effectivement trouver l'équilibre entre usage de matériaux capillaires, comme la fibre de bois, la terre crue ou la cellulose, et utilisation d'éléments étanches comme l'enduit de ciment et le frein-vapeur.

Principe de condensation de la vapeur d'eau 


De manière générale, l'atmosphère intérieure d'une maison contient de l'eau à l'état gazeux, appelé vapeur d'eau, qui flotte dans l'air jusqu'à un certain niveau de concentration. La teneur en eau d'un espace varie en fonction des dimensions de la pièce, de l'aération, des habitudes des occupants, de la température intérieure et de plusieurs autres facteurs externes : fuites de canalisations, mauvais temps, etc. Même les matériaux de construction, dont le bois de charpente, la brique ou l'enduit de terre et le béton, continuent de rejeter une faible quantité d'humidité dans la maison durant quelques semaines, voire quelques mois après sa construction.

Si la température intérieure reste stable à l'intérieur de chaque pièce et tout au long des différentes saisons, il n'y a pas lieu de craindre les conséquences de la vapeur d'eau sur les parois des murs, des cloisons ou de la toiture. Cette condition est cependant loin d'être remplie dans toutes les habitations, en raison notamment des variations de pression atmosphérique, des mouvements d'air et de la circulation des molécules d'eau flottant dans l'air. Il faut effectivement rappeler que même à l'état naturel, la vapeur d'eau tend toujours à se déplacer vers une zone plus fraiche et plus sèche de deux manières : la migration par convection et celle par conduction. Ces mouvements de vapeur d'eau sont particulièrement fréquents et intenses en hiver.

Le déplacement de la vapeur d'eau par convection se fait à travers l'air qui l'entoure et ne constitue pas un problème majeur pour l'état de la maison et le confort des résidents. La circulation par conduction peut par contre porter préjudice à la structure, surtout si elle entraine une saturation de l'air autour des parois intérieures, dont les murs et les plafonds. Cet encombrement de vapeur d'eau sera à l'origine d'une condensation, qui se traduit par la formation de fines gouttelettes d'eau sur les surfaces visibles de la structure. La présence de ces bulles d'eau est favorable au développement de moisissures et peut même fragiliser les matériaux – briques, parpaings, béton, acier, bois — qui composent les parois de la maison.

Solutions écologiques pour gérer la vapeur d'eau 


Bien que cela puisse apparaître difficile, éviter la formation de gouttelettes d'eau est possible en tenant compte des caractéristiques techniques de l'habitation. La lutte contre la condensation de la vapeur d'eau peut se résumer en 2 grandes phases.

La première consiste à contrôler l'hygrométrie de l'atmosphère intérieure en utilisant les matériaux « hygroscopiques » pour les parois et l'isolation intérieure de la maison. Cette propriété particulière permet en effet aux éléments d'aspirer la vapeur d'eau à travers leurs pores, si la concentration de l'eau est trop importante dans l'air environnant ; mais aussi d'en rejeter si l'atmosphère interne est trop sèche. L'usage de ces matériaux naturels limite fortement le recours aux systèmes de ventilations mécaniques, très gourmands en énergie. Dans cette catégorie, vous pouvez notamment utiliser les enduits de terre ou de chaux, la terre cuite, la terre crue et le bois. Outre l'utilisation de ces matières premières dans les parois, il est également conseillé de ne pas trop « charger » l'air, en évitant les travaux de rénovation très humides au cours en été au en automne : pose d'un nouvel enduit chaux-chanvre, etc.

Éviter au maximum la stagnation est la seconde option afin de mieux gérer le transfert et les mouvements de la vapeur d'eau. Le choix des matières premières pour les parois est encore une condition incontournable dans ce cas. Deux possibilités peuvent être envisagées pour cette solution. La première consiste à limiter à tout prix la création de points froids près de la face intérieure des parois en renforçant l'isolation thermique par l'extérieur. Les molécules d'air chargées d'eau qui parviennent à s'infiltrer dans les murs faits de matériaux « hygroscopiques » seront ainsi forcées de migrer vers l'extérieur. L'isolant se chargera alors de les emprisonner dans les derniers millimètres de la paroi. Avec un ensoleillement de quelques heures, l'humidité ainsi piégée sera dissipée simplement par évaporation.

La deuxième possibilité est la suivante : l'isolation intérieure sera renforcée au lieu de l'extérieure. Cette méthode implique néanmoins le recours au principe de la perméabilité croissante, qui consiste à placer les matériaux les moins perméables à la vapeur d'eau – liège en panneaux, frein-vapeur, etc. — à l'intérieur et les plus poreux comme les fibres de bois, la cellulose ou la laine minérale ; à l'extérieur. Cette structure favorise l'évacuation de l'humidité vers le milieu extérieur surtout en hiver.

Gestion de la vapeur d'eau : une question d'équilibre 


Pour lutter contre la condensation, les principes à retenir sont les suivants : soit vous répartissez uniformément l'humidité à l'intérieur avec les matériaux régulateurs naturels, soit vous créez un « pont » à travers les parois de la maison pour évacuer vers l'extérieur la vapeur d'eau. Dans les deux cas, le choix de l'élément isolant, des murs et des plafonds impacte beaucoup sur l'efficacité ou non de votre stratégie. Vous pouvez par contre allier ces deux méthodes pour obtenir des résultats plus probants dans votre gestion de la vapeur d'eau à l'intérieur de votre habitation.

Le recours à cette troisième alternative nécessite alors l'usage d'un nouveau type de matériaux : les « capillaires ». Les éléments de cette catégorie, dont la brique et le béton, renferment en général des pores qui communiquent entre eux à travers de minuscules « tubes ». Cette propriété profère à l'élément la capacité d'aspirer l'eau à l'intérieur de ses pores, jusqu'à ce qu'ils atteignent leur niveau de saturation. Arrivée à ce stade, l'eau piégée dans les poches entamera un processus de migration de proche en proche, vers la zone de la paroi la plus froide et la plus sèche, que ce soit vers l'extérieur ou l'intérieur.

Afin de garantir l'évacuation de l'eau enfermée dans les porosités, les éléments de la paroi doivent être en contact. Il n'y aura pas ainsi rupture de capillarité dans l'ensemble et la circulation du liquide à travers les murs, les plafonds ou la toiture ne rencontreront aucune barrière. Pensez également à ne pas combiner des éléments capillaires avec des matériaux perméables à l'eau, mais non capillaires, comme le liège ou la laine minérale. Dans cette même optique, mieux vaut également éviter l'utilisation abusive de substances trop étanches, tant pour l'isolant intérieur qu'extérieur, pouvant ériger un obstacle infranchissable par l'eau. Cette restriction s'applique plus particulièrement aux enduits à base de résine ou de ciment, aux murs en pierre et aux différents panneaux synthétiques ou plastifiés.



commentaire
1 Commentaire(s)

Par Pipof le Dimanche 25 Mars 2012

L'été dernier j'ai repeint une montée d'escalier avec une peinture label écologique, de type alkyde...et sous couche soluble au white spirit, non écologique... Cet hiver le froid et l'humidité ont fait craqueler mon travail et des coulures sur la peinture inesthétiques sont apparues. La maison n'est pas chauffée 5 jours par semaine, nous ne nous y rendons que les week-ends... Une peinture à la chaux associée à une sous couche adaptée pourrait-elle apporter une réponse correcte à notre problème?... Merci de tous vos conseils.Jean-Claude.



laisser un commentaire
 

NOS ENGAGEMENTS

Un conseiller attitré vous accompagne du projet à la livraison

Vente au détail

LIVRAISON

Livraison à la carte

en France et à l'international

PAIEMENT
SECURISE

Carte bleue, Virement, Chèque, Paypal ou CB par téléphone

DEVIS PERSONNALISE
EN 24H OUVREES

Conseils et Commandes

04 27 85 30 40

Copyright (c) Matériaux naturels 2012, tous droits réservés